"The world will be at our feet".

Frank Parsons et Samuel "Golden Rule" Jones 
aux origines de la pensée politique sur la télévision


La première référence d'un homme politique à la télévision ?

  jones.jpg (5472 octets) 

Samuel JONES, The New Right: A Plea for Fair Play Through A More Just Social Order, Eastern Book Concern, New York, 1899. (Coll. Toledo University)

    Depuis quand la télévision a-t-elle commencé à intéresser les hommes politiques ? A une telle question, je répondais depuis quelques années en citant un texte de Léon Trotzky datant de 1926. Un correspondant australien, Russell Naughton, animateur du site Adventures in Cybersound, vient d'attirer mon attention sur un texte bien plus ancien, puisqu'il remonte à 1899. Il s'agit d'un texte de Samuel "Golden Rule" Jones, maire républicain de la ville de Toledo (Ohio). Plus exactement, il s'agit d'une citation par Jones d'un ouvrage d'un des premiers économistes à s'être intéressé à l'économie politique des télécommunications, le Professeur Frank Parsons. La notice que nous présentons ici est provisoire, dans la mesure où des investigations complémentaires, difficiles à mener en Europe, seraient nécessaires pour préciser cette piste.

Samuel "Golden Rule" Jones (1846-1904)

    Samuel "Golden Rule" fut un maire tellement mémorable pour la ville de Toledo que des pages lui sont consacrées sur le site de l'University of Toledo, qui reproduit également ses écrits et discours. Les parents de Jones étaient des immigrés originaires du Nord du pays de Galles qui arrivèrent à New York lorsque Jones avait trois ans. Le jeune Jones commença sa carrière dans les exploitations de pétrole à Titusville, en Pennsylvanie, avant de s'établir en 1892 à Toledo, dans l'Ohio, où il inventa une méthode de forage en profondeur qui fit sa fortune et sa réputation. Il fut un chef d'entreprise progressiste et humaniste, ce qui lui permit de devenir maire de Toledo en 1897, cinq ans à peine après s'y être établi. Il fut réélu à trois reprises et resta maire jusqu'à sa mort en 1904.

    Les textes politiques de Jones témoignent d'une vision très claire de l'importance des pouvoirs publics locaux dans le développement des infrastructures, telles que l'éclairage public, le téléphone, les jardins, la bibliothèque, etc. Jones a réuni ses vues sur la politique et, d'une manière plus générale, sur l'humanité dans un ouvrage The New Right: A Plea for Fair Play Through A More Just Social Order, Eastern Book Concern, New York, 1899. C'est dans le chapitre XIII de cet ouvrage "The Brotherhood of Man", que l'on trouve une mention, certainement originale pour l'époque, du télectroscope, que Jones emprunte au Professeur Frank Parsons.

CHAPTER XIII. (excerpt)   

    All the new inventions in the industrial world, especially in the line of transportation and communication, tend to bring people to a better understanding of one another. The cable, telegraph, telephone, railroads and steamers have transformed the whole world into a village. San Francisco and New York are in reality nearer to each other than were farmers who lived in the same county in pioneer days. In an article advocating the municipalizing of the telephone, Prof. Frank Parsons says:....

    "There is no better social cement or business developer than tine telephone; and besides the utility, think of the happiness of conversing at will with friends in every part of the country. A nation that is not well telephoned is losing one of the best and cheapest of the comforts and utilities within its easy reach.

    Suppose the country were netted with telephone wires, and the rates were such as to bring the service within the reach of the great body of the people, what a mighty power the telephone would be for unifying and solidifying the nation, uniting and harmonizing the interests and sentiments of north, south, east and west.

    If the trunk lines ran freely across the Rhine, and every town in France could communicate, at a reasonable cost, with any part of Germany, it is probable that, in spite of the limitations of race and language, the telephone would be found a potent means of healing the breach between those two great peoples, which, more than any other thing, except, perhaps, the Turkish and Egyptian questions, threatens the peace of Europe.

    If the new telectroscope can be practically applied at low cost, so that we may see the face of a distant person while we speak with him over the telephone wire, distance will, indeed, be vanquished. Friends may talk with each other face to face in spite of intervening mountains and seas. Niagara may be seen and its thunder heard without leaving our homes. The world will be at our feet."

Frank Parsons (1854-1908)

       Professeur à la Boston University, Frank Parsons fut un penseur influent aux Etats-Unis à la fin du XIXème et au début du XXème siècles. Il est  un des premiers théoriciens du "monopole naturel" en matière de télécommunication, théorie selon laquelle le monopole public, en particulier à l'échelle locale, offre les meilleures potentialités de développement des infrastructures nécessitant des investissements importants, comme c'est le cas des infrastructures de télécommunications. Il est aussi connu comme un théoricien important du référendum d'initiative populaire, ce qui lui valut une réputation internationale, puisqu'on le trouve notamment cité au Parlement australien en décembre 1813. Il est aussi à l'origine du concept de "vocationnal guidance" (guidance professionnelle), visant à aider les jeunes et les adultes dans la recherche d'un emploi.

    Le texte cité par Jones est probablement extrait de l'ouvrage suivant de Parsons : The telegraph monopoly, C.F. Taylor; Philadelphia, Pa., [1899]. Le catalogue de la Carleton College Library en donne la description suivante : "A series of papers, three of which, reprinted from the Arena, were published with two articles by Judge Walter Clark, as Senate document 205, 54th Congress, 1st session. The whole series was printed as Senate document 65, 56th Congress, 1st session, containing fourteen articles as they appeared in the Arena, and three more dealing with objections."

L'utopie communicationnelle

    Le texte de Parsons est un bel échantillon de l'utopie communicationnelle qui commence à se manifester dans la seconde moitié du XIXème siècle et dont Armand Mattelart a analysé l'épanouissement. Le téléphone, et bientôt le télectroscope, sont supposé non seulement rapprocher les hommes, mais également contribuer à une meilleure compréhension mutuelle. Utopie communicationnelle qui n'arrêtera pas de se propager pour culminer dans le discours idéaliste de l'UNESCO des années 50. Il est intéressant de constater que c'est bien ce discours idéaliste des communications - et en particulier de la télévision-  comme source de paix que critiquera Léon Trotzky en réponse à une intervention, probablement apocryphe, de Marconi, mais dont le contenu est quasi identique à celui du texte de Frank Parsons.

    L'originalité du texte de Parsons réside probablement moins dans la formulation de cet espoir dans le rôle pacificateur et intégrateur des technologies de communication - c'est déjà un lieu commun en 1899 - que dans la citation, au sein de ce discours, du télectroscope. Cette citation atteste de la crédibilité qu'a acquise à Boston,  en 1899, l'idée du télectroscope que George R. Carey, de Boston justement, avait avancée dès 1878. Peut-être Parsons avait-il lu les articles de Mark Twain, parus en août et en novembre 1898 dans The Century Illustrated Magzine,  sur les expériences - apparemment réussies - de transmission à distance par le télectroscope de l'"Edison autrichien" Jan Szczepanik. Il est intéressant - et amusant - de constater qu'il imagine déjà un télectroscope à petit budget ("low cost") alors que la recherche expérimentale en est à ses tout débuts et qu'il faudra attendre plus d'un demi-siècle pour arriver à une démocratisation de la réception des images à distance et que la visiophonie interactive atteint à peine aujourd'hui l'âge de la démocratisation grâce à Internet.

    Samuel "Golden Rule" Jones ajoute, en introduction au texte de Parsons, quelques considérations qui relèvent de la même fois dans le progrès apporté par le développement des communications et notamment cette phrase "The cable,
telegraph, telephone, railroads and steamers have transformed the whole world into a village."
Le "village global" de Marshall McLuhan n'arrivera que soixante-cinq ans plus tard...

 

Bibliographie

    Sur Samuel "Golden Rules" Jones, on se reportera aux pages qui lui sont consacrées sur le site de la Toledo University.

    Il existe une biographie de Frank Parsons : DAVIS, H.V., Frank Parsons, prophet, innovator, counselor, Southern Illinois University Press, Carbondale [1969].

    Parmi les principaux  ouvrages de Parsons, au catalogue de la Library of Congress, on trouve :

The World's best books. A key to World Litterature, Little, Brown and Company, 1891.

The Public Ownership Of Monopolies, New Nation Publishing Company, c1894

Philosophy of mutualism, Arena Pub, Boston, 1894.

The City For The People, Or, The Municipalization Of The City. Government And Of Local Franchises, C.F. Taylor, Philadelphia, [1900].

Morse, John T. (jr), A Treatise on the law of banks and banking, by John T. Morse, jr. 4th edition revised, rearranged and greatly enlarged by Frank Parsons.
Boston, Little, Brown and C., Boston, 1903. 2 vol. in-8.

The Story Of New Zealand; A History Of New Zealand From The Earliest Times To The Present,  C.F. Taylor, Philadelphia, 1904.

The Railways, The Trusts, And The People,  C.F. Taylor, Philadelphia, [1905]

Legal doctrine and social progress, B. W. Huebsch, New York, 1911.


Remerciements

    Remerciements particuliers à Russell Naughton pour m'avoir indiqué ce rare petit gisement en provenance de l'Ohio.





[Ce site Web ne dispose pas de la caractéristique Barre de navigation]

 

ban3.jpg (8020 octets)

Histoire de la télévision      © André Lange
Dernière mise à jour : 02 février 2002