Charles-François TIPHAIGNE DE LA ROCHE, 
Giphantie
, 1760

 

    Le roman de Charles-François Tiphaigne de la Roche, Giphantie (1760), traduit en anglais dès 1761 sous le titre de Giphantia est souvent cité comme l’une des premières anticipations de la photographie.

    Le voyage dans l’imaginaire Giphantie - un évident anagramme du nom de l’auteur - on découvre, bien plus qu'une préfiguration de la photographie, un curieux dispositif globulaire qui permet l’observation universelle et qui annonce le bulbe du tube cathodique.

      " De chaque côté de la colonne est un grand escalier de plus de deux cents degrés, qui conduit à la cime de coteau. Nous montâmes et nous étions à peine au milieu lorsque mes oreilles furent frappées d’un bourdonnement importun, qui augmentait à mesure que nous avancions. parvenu à une plate-forme qui termine le coteau, la première chose qui fixa mes yeux fut un globe d’un diamètre considérable. De ce globe procédait le bruit que j’entendais. De loin, c’était un bourdonnement ; de près, c’était un effroyable tintamarre, forme d’un assemblage confus de cris de joie, de cris de frayeur, de plaintes, de chants, de murmures, d’acclamations, de ris, de gémissements de tout ce qui annonce l’abattement immodéré et la joie folle des hommes.

    De petits canaux imperceptibles, reprit le préfet, viennent de chaque point de la superficie de la Terre aboutir à ce globe. Son intérieur est organisé de manière que l’émotion de l’air qui se propage par les tuyaux imperceptibles et s’affaiblit à la longe reprend de l’énergie à l’entrée du globe et redevient sensible. De là ces bruits de tintamarre, ce chaos. mais à quoi serviraient ces sons confus, si l’on n’avait pas trouvé le moyen de les discerner ? Vois l’image de la Terre peinte sur ce globe, ces îles, ces continents, ces mers qui embrassent, lient et séparent tout. Reconnais-tu l’Europe, cette partie de la Terre qui a causé tant de malheurs aux trois autres ? l’Afrique brûlante, où les arts et les besoins qui les suivent n’ont jamais pénétré ? l’Asie dont le luxe, en passant chez les nations européennes, a fait tant de bien, selon les uns, et tant de mal, selon les autres ? l’Amérique, encore teinte du sang de ses malheureux habitants que des hommes d’une religion pleine de douceur sont venus convertir et égorger ? Remarque tel point de ce globe qu’il te plaira : en y posant la pointe de la baguette que je te mets aux mains et portant l’autre extrémité à ton oreille, tu vas entendre distinctement tout ce qui se dit dans l’endroit correspondant de la Terre (...). Le préfet de Giphantie me présenta un miroir. Tu ne peux que deviner les choses, me dit-il ; mais avec ta baguette et cette glace, tu seras comme présent à tout ce qui se passe.

    De distance en distance, poursuivit l’esprit élémentaire, il se trouve dans l’atmosphère des portions d’air que les esprits réfléchis des différents endroits de la Terre, et les renvoient au miroir que tu as sous les yeux, de manière qu’en inclinant la glace en différents sens, on y voit différentes parties de la surface de la Terre. On les verra successivement toutes, si on place successivement le miroir dans tous ses aspects possibles. tu es le maître de promener tes regards sur les habitations des hommes. "

 

giph.JPG (18325 octets)  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Giphantie est accessible en pdf sur 
le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France. 

 losangebleu.gif (198 octets) Bibliographie

MARX, J.,  Tiphaigne de la Roche: Modéles de I'imaginaire au XVIIIe siècle, Editions de l'Université de Bruxelles, Bruxelles, 1981. 

VERSINS (P.), Article "Communication" in  
Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires
et de la science-fiction, L’Age d’Homme, Lausanne, 1972.

 

giph1.JPG (53120 octets)

giph2.JPG (58722 octets)

giph3.JPG (49843 octets)

giph4.JPG (74176 octets)

 

Histoire de la télévision       © A. Lange

Dernière mise à jour : 27 janvier 2002