Lucien de Samosate (125 env. - env.192),  
Verae Historiae.

    Lucien de Samosate  était un rhétoricien, né à Samosate (Syrie). il pratiqua le métier d'avocat à Antioche, et voyagea en Asie Mineure, en Grèce, en Italie et en Gaule. Il s'installa à Athènes pour se consacrer à la philosophie. Il donna naissance à une nouvelle forme littéraire, le dialogue humoristique et il  est généralement considéré comme le premier auteur de science fiction. Ses préoccupations sont d’ordre philosophique. Il s’interroge sur la distinction du vrai et du faux et sur les mensonges des philosophes. Son style est essentiellement parodique : il se moque des philosophes, des poètes, des historiens. La critique récente a mis en évidence la modernité de son œuvre : problématisation de l’acte de lecture, interprétation des allégories, fiabilité de l’auteur, validité des normes culturelles et des genres littéraires,...

    Dans ses Verae Historiae, il imagine la conquête de l’espace. Son explorateur de l’espace découvre une peuplade sélénite qui dispose d’un système d’observation sonore et visuel universel.

     Voici deux traductions du même passage, qu'il nous paraît utile de juxtaposer en raison de leur légère nuance dans la description du dispositif. La première, celle de Perrot d'Ablancourt, date de 1654. La seconde, de Pierre Grimal, est accessible dans le volume de La Pléiade, Romans grecs et latins.



LUCIEN, de la traduction de N. PERROT d'ABLANCOUTRT, 5ème édition, nouvellement revue et corrigée, Abraham Wolfgang, Amsterdam, 1683. (Coll. A. Lange)

   Traduction de Perrot d'Ablancourt:

    " Je vis deux merveilles dans le palais du roi ; un puits qui n'était pas fort profond, où en descendant on entendait tout ce qui se disait dans le monde ; et un miroir au-dessus, où en regardant on voyait tout ce qui s'y passait. J'y ai vu souvent mes amis et ceux de ma connaissance, mais je ne sais s'ils me voyaient. Si quelqu'un ne veut pas me croire, quand il y aura été, il me croira." 

 

    Traduction de Pierre Grimal:

    "J'ai vu encore une autre merveille dans le palais royal : un très grand miroir est disposé au-dessus d'un puits, qui n'est pas fort profond. Si quelqu'un descend dans ce puits, il entend tout ce qui est dit chez nous, sur la terre, et si l'on regarde dans le miroir, on voit toutes les cités, toutes les nations, exactement comme si l'on était au milieu d'elles. A cette occasion, je vis moi-même ma famille, ainsi que ma patrie toute entière, mais me virent-ils eux-mêmes, cela je ne puis encore l'assurer pour certain. Quiconque ne croit pas qu'il en est vraiment ainsi, s'il lui arrive un jour de monter lui-même jusque-là, s'apercevra que je dis la vérité."

lucien.jpg (14621 octets)

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie  

 LUCIEN DE SAMOSATE, Histoire véritable, Récit traduit du grec ancien et présenté par Perrot d'Ablancourt, "Les belles infidèles", Actes Sud, Arles, 1988.

LUCIEN, "Histoire véritable", in Romans grecs et latins. Textes présentés, traduits et annotés par Pierre Grimal, Coll. "La Pléiade", Gallimard, Paris, 1958.

GEORGIADOU, A., LARMOUR, D.H.J., Lucian's Science Fiction Novel True Histories : Interpretation and Commentary, Mnemosyne, Bibliotheca Classica Batava. Supplementum, No 179, May 1998.

LEDOS, J.-J., "Utopie, fiction, ancticipation : l'action à distance par les ondes", in Cahiers d'Histoire de la Radiodiffusion, n°63, Paris, janvier-mars 2000.

 VERSINS, P.,  Article "Communication" in Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, L’Age d’Homme, Lausanne, 1972.

 

 

 



 

 

ban3.jpg (8020 octets)

Histoire de la télévision      © André Lange
Dernière mise à jour : 17 février 2003