Raphael Eduard Liesegang lance le terme "Fernshen"

(Elberfeld, 1er novembre 1869 - 
Bad Homburg v. d. Höhe, 13 novembre 1947).

Notice biographique par Klaus Beneke, Kiel Universität



Schéma du phototel de R.E. Liesegang (1891)

Notice   

    Nous publions ici la traduction d'une courte notice biographique sur Raphael Eduard Liesegang, qui fut un des premiers chercheurs allemands sur la télévision et probablement le créateur du mot "Fernsehen" (télévision). Liesegang a inspiré les travaux de Jan Szczepanik sur le télectroscope et semble avoir été en correspondance avec Edison au sujet de la télévision, comme l'indique un article de la Deutsche Allgemeine Zeitung du 1er novembre 1939.

    L'auteur de cette notice, Klaus Beneke, chercheur en Chimie à l'Université de Kiel, rassemble les éléments nécessaires à la rédaction d'une biographie sur cette personnalité étonnante qui a écrit  non seulement sur les colloïdes, la photographie, la télévision,  la philosophie, mais également sur la Provence et sur les agates. Les ouvrages de Raphael Eduard Liesegang sont cependant très difficiles à consulter et toute localisation de l'un ou l'autre d'entre eux peut être utiles aux travaux de Klaus Beneke. L'original allemand de la notice peut être consulté sur le site de l'Université de Kiel.

liesegang2.jpg (17347 octets)

 

 

 

 

 

 

 

Portrait de Raphael Ed. Liesegang
(collection   Klaus Beneke)

R.Ed. LIESEGANG, Beiträge. Problem des elektrischen Fernsehen, R.E. Liesegang's Verlag, Düsseldorf, 1891.

(Coll. A. Lange)

Notice biographique de Raphael Eduard Liesegang (Elberfeld, 1er novembre 1869 - Bad Homburg v. d. Höhe, 13 novembre 1947).

    Raphael Eduard Liesegang est le fils de Paul Eduard Liesegang (1838-1896), qui allait devenir un industriel renommé. Paul Eduard Liesegang avait étudié la physique à Iena, où il fit la connaissance de Ernst Abbe (1840-1905), grâce à qui il s'initia à l'optique et avec lequel il commença la construction d'appareils de projection. Après ses études, il travailla dans l'atelier de photographie fondé en 1854 par son père Wilhelm Eduard Liesegang. Le grand-père de Raphael Eduard Liesegang avait développé son atelier en produisant des appareils photographiques et du papier d'albumine.

    Après la mort du grand-père, en 1871, l'entreprise s'est développée et s'est déplacée à Düsseldorf. Raphael Eduard Liesegang avait donc deux ans lorsqu'il arriva à Düsseldorf avec ses quatre cousins germains et c'est là qu'il fit ses classes. Il faisait souvent l'école buissonnière et ne faisait pas ses devoirs. A partir de la troisième, il a suivi des cours de rattrapage en mathématiques, mais la compréhension pour les nombres ne suivait pas. Au lycée, en sixième, il eût de grandes difficultés pour écrire et apprendre par coeur un poème lui était impossible, bien qu'il en retenu le sens mais non la forme. Il savait lire et parler, mais non lire à voix haute. Par ailleurs, il avait une mémoire remarquable. Il resta assis durant la sixième et fut promu.

    Après une année avec un précepteur particulier, il fut envoyé au Lycée royal, où il étudia de 1881 à 1887 et obtint des résultats moyens, et après avoir redoublé, obtint le "Einjährigen", l'équivalent d'alors du baccalauréat.  La famille Liesegang passa ses vacances aux Pays-Bas. R.E. Liesegang acquit une grammaire du Malais écrite en néerlandais, qu'il traduisit en allemand sur les bancs de l'école, durant les pauses. Cette grammaire fut publiée par son père dans sa propre maison d'édition, qui publiait depuis 1860 les Photographisches Archiv. Journal des Allgemeinen deutschen
Photographen-Vereins.
Ce fut le premier des nombreux ouvrages et publications qu'il allait écrire durant sa vie.

    A cette époque, Liesegang rêvait de devenir peintre. Son père lui arrangea un atelier dans une chambre mansardée. Le dimanche, il suivait l'enseignement d'un peintre. Là, il était tranquille, loin de ses frères et soeurs. Son père ne voulait cependant rien savoir d'une carrière de peintre, et il abandonna donc sa vocation.

    R.E. Liesegang suivit un cours de photographie et de techniques photo-mécaniques à Grönenbach im Allgäu. A Wiesbaden, il fréquenta pendant un an Carl Remigius Fresenius (1818 - 1897), dont il suivit le cours de chimie analytique.

    En 1888, il s'installa à Freiburg pour suivre des études de chimie, mais, en pratique, il ne fréquenta aucun cours. Il trouvait plus intéressant de fréquenter les cafés pour y rencontrer des acteurs et des actrices. Pendant les vacances, il rédigeait des travaux scientifiques et des livres. Ainsi, en 1888, il publia dans les Photographischen Archiv un article sur le caractère photosensible des sels sels d'argent organiques. En 1891, il publia l'ouvrage Beiträge zum Problem des electrischen Fernsehens (c'est à dire : "Contribution sur la question de la télévision électrique").

    En conséquence de ce qu'il ne suivait pas les cours et ne suivait pas les examens, il commença en 1892 à travailler dans l'usine de son père. C'est là qu'il développa en 1892 le premier papier cellulaire mat et le développeur hydrochinonique "Aristogen". R. E. Liesegang travailla sur de nombreux problèmes de photographie, sur lesquels il publia de nombreux articles. En 1896, il présentait des rapports périodiques à l'occasion de rencontres à Gelen, qui, par la suite seront appelées le "cercle Liesegang" par Wilhelm Ostwald (1853 - 1932).

    Lorsque son père mourut en 1896, R.E. Liesegang et deux de ses frères reprirent l'entreprise. C'est alors qu'il remplaça la préparation manuelle du papier cellulaire par une préparation mécanique, que son père avait toujours refusée. Comme les usines de fabrication de couleur Friedrich Bayer & C° à Leverkusen montraient de l'intérêt pour le département  papier photographique et développement, il leur vendit en 1907 cette partie de l'entreprise, qui fut par la suite à l'origine de Agfa. Le département d'optique fut transféré par ses frères à Düsseldorf, alors que lui-même se désengageait de l'entreprise.

    R.E. Liesegang rejoignit en 1908 le Musée Senckenberg de Francfort. Sous la direction de L. Edinger, à l'Institut de neurologie, il rendit visible les ramifications ténues des neurones, grâce à la méthode d'imprégnation par l'argent des tissus cérébraux ("méthode Golgi").

    Pendant la Première Guerre mondiale, il dirige le département de narcotique du dépôt sanitaire de Francfort. Par la suite, il travaille de manière provisoire dans une usine de fabrication de papier. En 1921, il devient collaborateur du Kaiser-Wilhem-Institut für Biophysik à Francfort et à partir de 1937, il dirige l'Institut de recherche sur les colloïdes. En 1944, l'Institut est déménagé à Bad Homburg.

    R.E. Liesegang a travaillé jusqu'au 12 novembre 1947. Il prit froid et, durant la nuit, perdit conscience. Il mourut le 13 novembre vers 18 heures d'un infarctus pulmonaire.

    R.E. Liesegang fut un homme hors du commun. Aujourd'hui, on le décrirait comme un "workoholiker". Il a publié plus de 500 titres, sous différents pseudonymes. La multiplicité de ses thèmes est remarquable. Je ne connais aucun chercheur sur la science des colloïdes qui ait travaillé de manière aussi polyvalente. De plus, il a écrit quatorze pièces de théâtre ! Il était éditeur scientifique et collaborateur de différentes publications. Il a notamment écrit pour le Kolloid-Zeitschrift plus de 13 000 recensions. Enfin, il a été l'éditeur scientifique d'une collection scientifique de plus de 50 volumes chez l'éditeur Theodor Steinkopff Verlag, à Dresde.

    Il est très difficile d'écrire une biographie sur ce grand spécialiste de la science des colloïdes, notamment parce que Liesegang vivait de manière très réservée et on connaît peu de choses sur sa vie privée. Je voudrais néanmoins entreprendre cette tâche dans les temps à venir. Je serrai reconnaissant pour toute indication ou information qui pourrait m'être transmise.

Klaus Beneke

Institut für Anorganische Chemie
Christian-Albrechts-Universitat
D-24098 Kiel

(traduction de l'allemand : André Lange)

  Publications de Raphael Eduard Liesegang sur la télévision (liste établie par Klaus Beneke).

Nous remercions d'avance toute personne qui pourrait nous procurer l'original ou une copie de ces publications.

LIESEGANG, R.E., article sur le "Phototel" in Central-Zeitung für Optik und Mechanik, 10, 268, 1889, Nr.23

LIESEGANG, R.E., "Ein Instrument zur Uebertragung eines Linsen-Bildes durch den electrischen Strom". Liesegang´s Photogr Archiv 30 Nr. 632. S. 308-312, 1889.

LIESEGANG, R.E., "Das Phototel", Liesegang´s Photogr Archiv, 30 Nr. 634, 1889, p. 345-348.

LIESEGANG, R.E., Beiträge zum Problem des electrischen Fernsehens. Probleme der Gegenwart, Band 1. Liesegang Verlag, Düsseldorf, 1891. Cet ouvrage est dédié à Thomas Alva Edison.

"Das Telectroscop", Laterna magica, Band XIV, Nr. 54, Leipzig, Mai 1898, pp. 24-26. (attribué à Liesegang par Klaus Beneke).

LIESEGANG, R.E., Beiträge zum Problem des electrischen Fernsehens, Probleme der Gegenwart, 2.Auflage, Leipzig, 1899.

On notera également : LIESEGANG, R.E., "Phonographie und Photographie", Photographisches Archiv, Liesegang, Düsseldorf, 1990, pp. 284-286 et 302-304.

Citations des travaux de Liesegang sur la télévision

Une recension assez négative de Beiträge zum Problem des electrischen Fernsehens par le Professeur Adolf Miethe a été publée dans le "Bücherschau" in Prometheus, 2, 1891, 592.

Une annonce de Beiträge zum Problem des electrischen Fernsehens figure dans le catalogue des éditions Liesegang, publié à la fin de la brochure LIESEGANG, F. Paul, Die Fernphotographie, Ed. Liesegang Verlag, Düsseldorf 1897, p.19.

"Der elektrische Fernseher. Ein Besuch bei Herrn Jan Szczepanik", Neue Wiener Tagblatt, Wien, 17 März 1898.

PETERS, O., "Fernsehen und Farbfilm vor 50 Jahren. Zum 70. Geburtstag von Raphael Eduard Liesegang". Deutsche Allgemeine Zeitung 1,  November 1939

PETERS, J.-J., A History of Television, site du DVB Group.

    Liesegang n'est pas cité dans l'ouvrage History of Television  de A. Abramson. Dans HERZOGENRATH (W.), GAEHTGENS
(T.W.), THOMAS (S.) und HOENISCH (P.) (Hrsgb),  TV Kultur. Das Fernsehen in der Kunst seit 1879, Verlag der Kunst, Dresden, 1997, p.19 l'ouvrage Beiträge zum Problemen des electrischen Fernsehens est attribué erronément à son père, Paul E. Liesegang.

    L'ouvrage de R.W. BURNS, Television, an international history of the formative years, The Institution of Electric Engineers, London, 1998 ne mentionne pas Liesegang dans son chapitre sur les années 1880-1900. Cependant, cet ouvrage mentionne, p.117, que le chercheur russe Rosing, qui fut à l'origine des travaux sur l'application du tube cathodique de Braun, dans sa demande de brevet ("New or improved methods of electrically transmitting to a distant real optical image and apparatus thereof", British Patent 27 570, 13 December 1907) reconnaît sa dette envers Liesegang.

Bibliographie

On trouvera des informations complémentaires sur Raphael Ed. Liesegang in K. BENEKE, "Die Preise der Kollid-Gesellschaft und ihre Preisträger" (PDF).

Remerciements

    Je remercie Klaus Beneke, chercheur à l'Université de Kiel, qui m'a transmis la plupart des documents et informations sur Liesegang présentées sur ce site.

   

 

 

ban3.jpg (8020 octets)

Histoire de la télévision      © André Lange
Dernière mise à jour : 11 janvier 2004