Les propositions de George R. Carey (1878-1880)

  
Un inventeur sans visage

 On sait peut de chose sur George R. Carey, sinon qu'il était né en 1851 et qu'il était employé au Surveyor's Office du City Hall de Boston. Lors du recensement de 1880, son père, A.C. Carey, se définit comme "inventor", alors que George R. Carey se présente plus modestement comme surveyor (arpenteur).

    George R. Carey est souvent cité, surtout aux Etats-Unis, comme étant le premier à avoir imaginé un système de télévision. Il existe cependant une incertitude sur la date exacte de la proposition de Carey. Il est parfois affirmé que Carey aurait  formulée sa proposition dès 1875 (1) En fait,  la première attestation connue des propositions de Carey est longtemps restée un petit article"The Telectroscope, pdans le Scientific American, 17 May 1878. Un article plus détaillé sur les travaux de Carey paraît dans Scientific American le 5 juin 1880 et est repris, avec une meilleure lisibilité des illustrations, dans les magazines londoniens English Mechanic and World of Science du 18 juin 1880 et Design and Work du 26 juin 1880.

La découverte en octobre 2001 d'un manuscrit inconnu de George R. Carey

En octobre 2001, la salle de ventes de Boston Swann Galleries nous a signalé a mis à la vente un cahier manuscrit (notebook) de Carey. Ce manuscrit, une sorte de journal de bord de l'inventeur, est en cours d'analyse scientifique. On y trouve différentes notes et coupures de presse. Carey y indique notamment avoir inventé un système de stylo électrique ou encore un système électrique d'alarme. Mais l'essentiel de ce document est consacré à ses travaux sur un appareil de vision à distance qu'il nomme "caméra électrique au sélénium" et également "telelestroscope". On trouve dans le cahier le schéma de la caméra au sélénium, ainsi que d'un récepteur, la copie des lettres envoyées au Scientific American et le reçu d'un achat de sélénium à un droguiste pour le montant de 1$. Dans ce manuscrit Carey date le début de ses travaux sur un projet de caméra au sélénium de janvier 1877, à la suite de la lecture de la lecture de l'article "Siemens' Sensitive Artificial Eye", Scientific American, 8 December 1876. Un dessin de sa caméra électrique au sélénium est daté du 8 juin 1878 et celui d'un récepteur du 9 juin 1878. Le notebook fournit également les calques qui ont probablement servi pour la gravure des dessins dans l'article du Scientific American.

George R. Carey réapparaît, après un silence de près de quinze ans, dans un article de The Electrical Engineer, "Transmitting, recording and seeing pictures by electricity", article qui ne semble avoir d'autre ambition que de vouloir rappeler à la mémoire sa contribution des années 1877-1880, alors que Charles F. Jenkins vient de publier son premier article "Transmitting Pictures by Electricity", Electrical Engineer, 18, 25 July 1894.

  .



Le City Hall de Boston où George R. Carey était employé.

scam50680.jpg (18543 octets)

"Seeing by electricity",
Scientific American
, 42, 5 June 1880, p.355.

careydw.jpg (15740 octets)

"Seeing by electricity",
Design and Work, London, 26 juin 1880.

(1) Cette datation se trouve en particulier dans les ouvrages allemands, et se trouve formulée dès 1923 dans l'ouvrage du hongrois Dyonis von Mihaly, Das elektrische Fernshen und das Telehor, Von M. Krayn, Berlin, 1923.

 

 

    Le manuscrit de Carey (by courtesy of Swann Galleries)

 

Le système de Carey redessiné par Dyonis von Mihàly (1923)

Carey.gif (14212 octets)

Le schéma de transmission par fils imaginé par Carey. Schéma reproduit de PETERS, J.-J., A History of Television avec l'aimable autorisation de l'auteur.


Les trois propositions de George R. Carey

Dans son article"Seeing by Electricity", Scientific American, 5 June 1880, George R. Carey formule trois propositions.

La première proposition est une "caméra au sélénium" consistant en un disque circulaire d'éléments de sélénium connectés par des fils séparés à un autre disque similaire pour la réception. le système de transmission d'image est fondé sur l'exploration simultanée de tous les éléments de l'image. Ceci n'était pas conçu pour une réception visuelle immédiate : un morceau de papier préparé de manière chimique devait être inséré entre les points et un plateau lumineux. Mais c'est la première fois que l'émetteur visuel est conçu comme une caméra.

La deuxième proposition consiste en un récepteur visuel comprenant un une rangée de points de platine ou de carbone enfermés dans un plaque plate sous vide qui donnerait une image lumineuse plutôt qu'une impression. Cela suppose un grand nombre de cellules photoélectriques disposées sur un panneau, face à l'image et reliées par des fils à un panneau comportant le même nombre d'ampoules. Un tel système apparaît vite difficile à mettre en pratique si l'on recherche un minimum de qualité : des milliers de fils en parallèle seraient nécessaires entre les deux extrémités du trajet. Mais l'idée de la plaque lumineuse anticipe l'idée du tube cathodique qui émergera dans les années 1920.

La troisième proposition de Carey concerne uniquement la photo-télégraphie : il s'agit d'une cellule unique de sélénium connectée avec un point disposé de manière à tracer des marques en hélices par le biais d'un mécanisme d'horlogerie.

    

 

 

 

 

Bibliographie

Le manuscrit de Carey retrouvé à New York.

"The Telectroscope", Scientific American, 40, 17 May 1879, p.309.

"Seeing by Electricity", Scientific American, 42, 5 June 1880, p.355.

"Seeing by Electricuty", English Mechanic and World of Science, 18 June 1880, pp. 345-346.

"Seeing by Electricity", Design and Work, 8, 26th June 1880, pp. 569-570.

Geo. R. CAREY, "Transmitting, Recording and Seeing Pictures by Electricity", The Electrical Engineer, Jan. 16, 1895, pp.57-58. 


 

 

ban3.jpg (8020 octets)

Histoire de la télévision      © André Lange
Dernière mise à jour : 17 février 2003