HOSPITALIER, 
"Téléphotes et diaphotes. 
Voir à distance par l'électricité", 
L'Illustration, Paris, 31 juillet 1880.



 Notice

L'auteur de cet article est probablement l'électricien Edouard Hospitalier, qui avait déjà ironisé sur le téléphote de Connelly et McTighe dans La Lumière électrique du 1er avril 1880.

Cet article critiquant les canulars américains du diaphote (voir l'article de M. Merriman alias Dr. H.E.Licks, paru dans The Daily Times de Bethlehem, le 10 février 1880) et du téléphote de Connelly/McTighe confirme la grande méfiance des électriciens français face aux nouvelles merveilleuses venant d'outre -Atlantique.

Il renforce le scepticisme affiché par Th. du Moncel dans son article"Le Téléphote et le Diaphote"
La Lumière électrique,
1er juillet 1880.

On est quand même étonné de voir évoquées les annonces "d'une demi-douzaine de projets" venus d'Amérique ! Par contre, Hospitalier n'évoque pas la brochure La téléscopie électrique basée sur l'emploi du sélénium d'Adriano de Paiva, ce qui nous fait penser qu'elle n'est pas arrivée à Paris avant la fin de l'automne 1880.

Remarquons également la mention par Hospitalier d'une hypothèse suggérée à l'époque de recourir aux propriétés photo-sensibles de l'iodure d'argent.

Comme du Moncel, Hospitalier évoque les travaux, alors "mystérieux" de Graham Bell sur le sélénium, dont on découvrira bientôt qu'ils ne concernent pas la transmission des images mais bien la transmission du son par la lumière.

 

 

 

Document aimablement communiqué par M. J.-J. Ledos.

Histoire de la télévision       © A. Lange

Dernière mise à jour : 02 mars 2003